Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

liens échecs

Publié le 26 Juin 2016

http://www.france-echecs.com/article.php?art=20160618153808894

Un post du responsable de la rubrique "faites vous la main" d'Europe Echecs, alias Reyes :
A la question de savoir quel était la meilleure façon de travailler pour s'améliorer avec les outils d'aujourd'hui, Garry Kasparov a répondu : « Toujours les mêmes ! Jouez beaucoup, analysez vos parties, étudiez des parties de maîtres. »

Je vais même décortiquer pour lever toute ambiguïté.
- Avant tout il faut jouer des parties longues ! En rapide et en blitz les fautes sont commises plus vite, mais on ne progresse pas en blitzant.

- Ensuite on analyse consciencieusement ses parties longues. Botvinnik conseillait de commenter ses parties comme une histoire. On note tout : ses pensées du moment, ses craintes à tel ou tel moment, ses idées (jouées et non jouées), les temps de réflexion, etc.

- Et enfin, il faut étudier des parties de forts joueurs, de préférence commentées par le joueur lui-même. Tous les forts joueurs ont aussi étudié les parties des maîtres du passé, c'est un chemin indispensable à suivre. Les outils modernes permettent d'acquérir ces connaissances rapidement, mais il faut en passer par là.

Le livre « 200 parties d'échecs d'Alexandre Alekhine » possède des annotations lucides et objectives que l'on ne retrouve plus aujourd'hui.
« Mes 60 meilleures parties de Robert James Fischer » sont à étudier en y passant beaucoup de temps. Fischer écrit : « A mon sens, ces 60 parties comprennent toutes quelque chose de mémorable et d’excitant. J’ai essayé à la fois d’être candide et précis dans mes élucidations dans l’espoir qu’elles offrent un meilleur aperçu du jeu d’échecs et qu’elles mènent à une meilleure compréhension ainsi qu’à un meilleur jeu. »

Un dernier mot pour la route : il n'y a pas de vérité aux échecs ! Le jeu d'échecs est une compétition où, comme l'a si bien dit Xavier Tartakover : « Les fautes sont là sur l'échiquier, attendant d'être commises. » Notre objectif à tous est d'en commettre de moins en moins.

Autre commentaire utile :
Il ne faut pas perdre de vue, que l'important n'est pas de battre des adversaires, mais de prendre plaisir à jouer aux échecs ...
il est donc important de jouer aussi avec des adversaires humains en amical pas en competition ,mais tout de même en club, pour valider les connaissances. il faut savoir jouer avec des amis dont le niveau correspond au tien à plus ou moins 200 elo près...pour comprendre pourquoi tu perd, en ecoutant leurs explications.
Jouer en compétition pour apprendre est inutile pour un débutant classé à moins de 1600 selon moi, je dirais même que ce n'est pas une bonne idée pour progresser correctement sur des bases saines psychologiques.

Julo62, le 20/06/2016 - 13:50:12
J'ai déjà posté quelque chose sur ton autre sujet.
Mais en gros, pour moi, l'idée c'est de prendre son temps.
On ne doit pas "regarder" une partie comme on regarde un film, on doit vraiment entrer dedans, bref, ça doit te poser des questions: "Pourquoi il joue ça ?"

Une solution :
Choisis une partie annotée.
Prévois un cache, une feuille de papier, n'importe.
Choisis un camp, préférablement celui du commentateur.
Et tu suis la partie coup par coup.
Essaye de deviner à chaque coup celui qui a été joué.
En cas de désaccord, ne stoppe pas, continue ta progression dans la partie.
En même temps, note à quels coups tu es en désaccord avec l'auteur.
Lorsque tu as terminé, commence réellement ton analyse en revenant sur chaque coup où tu n'as pas joué comme l'auteur.
Tu peux te servir des annotations de l'auteur et de tes recherches.
Ensuite, branche ton module, et verifie que ton coup n'est pas envisageable lui aussi.
Si oui, vérifie avec l'ordinateur que tu le jouais pour une bonne raison.

Cette méthode a plusieurs avantages :
1) Tu es forcé de fixer vraiment ton attention, tu ne peux pas faire ça "en passant", "à la va-vite".
2) Tu te rendras compte qu'il y'a des parties où tu joues bien, là où tu trouves beaucoup de coups, et d'autres où tu es moins à l'aise. Et il vaut mieux jouer des positions que l'on comprend.

En bref, à chaque fois que tu te demandes "Pourquoi", trouve TA réponse.
Peut-être feras-tu des approximations, voir des contre-sens, mais au moins tu auras créé une référence pour tes analyses en cours de partie.
Tu dois créer les repères à la réflexion qui te serviront, le but de ce travail est là, pas de multiplier les papillonages sur différents domaines du jeu.

Pour finir et répéter :
1) "Pourquoi il joue ça ?"
2) Comparaison avec les annotations, les évaluations d'ordinateurs, et tes propres calculs ou réflexions.
3) "Il a joué ça PARCE QUE"

Logiquement, quand tu te poseras la question de quoi jouer en partie, tu seras plus avancé que j'ai X coups légaux possibles dans la position, j'ai 1 chance sur X de jouer le bon coup ;)

http://www.france-echecs.com/article.php?art=20160618153808894

Un post du responsable de la rubrique "faites vous la main" d'Europe Echecs, alias Reyes :
A la question de savoir quel était la meilleure façon de travailler pour s'améliorer avec les outils d'aujourd'hui, Garry Kasparov a répondu : « Toujours les mêmes ! Jouez beaucoup, analysez vos parties, étudiez des parties de maîtres. »

Je vais même décortiquer pour lever toute ambiguïté.
- Avant tout il faut jouer des parties longues ! En rapide et en blitz les fautes sont commises plus vite, mais on ne progresse pas en blitzant.

- Ensuite on analyse consciencieusement ses parties longues. Botvinnik conseillait de commenter ses parties comme une histoire. On note tout : ses pensées du moment, ses craintes à tel ou tel moment, ses idées (jouées et non jouées), les temps de réflexion, etc.

- Et enfin, il faut étudier des parties de forts joueurs, de préférence commentées par le joueur lui-même. Tous les forts joueurs ont aussi étudié les parties des maîtres du passé, c'est un chemin indispensable à suivre. Les outils modernes permettent d'acquérir ces connaissances rapidement, mais il faut en passer par là.

Le livre « 200 parties d'échecs d'Alexandre Alekhine » possède des annotations lucides et objectives que l'on ne retrouve plus aujourd'hui.
« Mes 60 meilleures parties de Robert James Fischer » sont à étudier en y passant beaucoup de temps. Fischer écrit : « A mon sens, ces 60 parties comprennent toutes quelque chose de mémorable et d’excitant. J’ai essayé à la fois d’être candide et précis dans mes élucidations dans l’espoir qu’elles offrent un meilleur aperçu du jeu d’échecs et qu’elles mènent à une meilleure compréhension ainsi qu’à un meilleur jeu. »

Un dernier mot pour la route : il n'y a pas de vérité aux échecs ! Le jeu d'échecs est une compétition où, comme l'a si bien dit Xavier Tartakover : « Les fautes sont là sur l'échiquier, attendant d'être commises. » Notre objectif à tous est d'en commettre de moins en moins.

Autre commentaire utile :
Il ne faut pas perdre de vue, que l'important n'est pas de battre des adversaires, mais de prendre plaisir à jouer aux échecs ...
il est donc important de jouer aussi avec des adversaires humains en amical pas en competition ,mais tout de même en club, pour valider les connaissances. il faut savoir jouer avec des amis dont le niveau correspond au tien à plus ou moins 200 elo près...pour comprendre pourquoi tu perd, en ecoutant leurs explications.
Jouer en compétition pour apprendre est inutile pour un débutant classé à moins de 1600 selon moi, je dirais même que ce n'est pas une bonne idée pour progresser correctement sur des bases saines psychologiques.

Julo62, le 20/06/2016 - 13:50:12
J'ai déjà posté quelque chose sur ton autre sujet.
Mais en gros, pour moi, l'idée c'est de prendre son temps.
On ne doit pas "regarder" une partie comme on regarde un film, on doit vraiment entrer dedans, bref, ça doit te poser des questions: "Pourquoi il joue ça ?"

Une solution :
Choisis une partie annotée.
Prévois un cache, une feuille de papier, n'importe.
Choisis un camp, préférablement celui du commentateur.
Et tu suis la partie coup par coup.
Essaye de deviner à chaque coup celui qui a été joué.
En cas de désaccord, ne stoppe pas, continue ta progression dans la partie.
En même temps, note à quels coups tu es en désaccord avec l'auteur.
Lorsque tu as terminé, commence réellement ton analyse en revenant sur chaque coup où tu n'as pas joué comme l'auteur.
Tu peux te servir des annotations de l'auteur et de tes recherches.
Ensuite, branche ton module, et verifie que ton coup n'est pas envisageable lui aussi.
Si oui, vérifie avec l'ordinateur que tu le jouais pour une bonne raison.

Cette méthode a plusieurs avantages :
1) Tu es forcé de fixer vraiment ton attention, tu ne peux pas faire ça "en passant", "à la va-vite".
2) Tu te rendras compte qu'il y'a des parties où tu joues bien, là où tu trouves beaucoup de coups, et d'autres où tu es moins à l'aise. Et il vaut mieux jouer des positions que l'on comprend.

En bref, à chaque fois que tu te demandes "Pourquoi", trouve TA réponse.
Peut-être feras-tu des approximations, voir des contre-sens, mais au moins tu auras créé une référence pour tes analyses en cours de partie.
Tu dois créer les repères à la réflexion qui te serviront, le but de ce travail est là, pas de multiplier les papillonages sur différents domaines du jeu.

Pour finir et répéter :
1) "Pourquoi il joue ça ?"
2) Comparaison avec les annotations, les évaluations d'ordinateurs, et tes propres calculs ou réflexions.
3) "Il a joué ça PARCE QUE"

Logiquement, quand tu te poseras la question de quoi jouer en partie, tu seras plus avancé que j'ai X coups légaux possibles dans la position, j'ai 1 chance sur X de jouer le bon coup ;)


http://www.france-echecs.com/article.php?art=20160618153808894
http://www.france-echecs.com/article.php?art=20160324174509936
http://www.france-echecs.com/article.php?art=20160605233615592

ichess https://play.google.com/store/apps/details?id=com.pereira.ichess
Exos utilisables sur ichess :
http://tacticstime.com/downloads/TacticsTimeFENPositions.pgn
http://www.jeip.org/?wpfb_dl=618
http://www.jeip.org/?wpfb_dl=620
http://www.jeip.org/?wpfb_dl=612
http://www.jeip.org/?wpfb_dl=622
http://www.jeip.org/?wpfb_dl=616
http://www.jeip.org/?wpfb_dl=614

Les pages associées :
http://tacticstime.com/tactics-time-download-page/

http://www.jeip.org/telechargement/

tactique :
https://play.google.com/store/apps/details?id=com.chessking.android.learn.ctart4

chess.com propose des exos tactiques en ligne.
https://play.google.com/store/apps/details?id=com.chess
Un mode permet de jouer contre l'ordi, et de jouer des finales clés.
Des cours en ligne assez complet sont dispos par abonnement

Droidfish est un ordi puissant et un lecteur de parties pgn/exos au format pgn.
https://play.google.com/store/apps/details?id=org.petero.droidfish

Analys this est un outil des plus puissants pour analyser des parties, digne de concurrencer les plus puissants ordis...
https://play.google.com/store/apps/details?id=com.pereira.analysis

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.convekta.android.lomonosovtb

Sur les ouvertures :
https://play.google.com/store/search?q=chess%20opening&c=apps

SUR PC :
un logiciel pour lire des bases de parties ou d'exos :
http://download.chessbase.com/Download/ChessBaseReader/Setup.msi

Entrainement aux tactiques liées à des ouvertures :
http://shop.chessbase.com/en/categories/opening-training-classic
http://shop.chessbase.com/en/categories/middlegame-klassisch
http://shop.chessbase.com/en/products/endgame_manual


Un logiciel de fou : http://shop.chessbase.com/en/products/1000_eroffnungsfallen

Deux adresses :
http://www.variantes.com/
http://www.damieropera.com/

Commenter cet article